lundi 11 juillet 2016

Église Saint-Louis-de-France - la petite histoire des grandes églises des Cantons-de-l'Est

Dominic Martin, étudiant en histoire à l'Université de Sherbrooke, nous a écrit une série d'articles sur la petite histoire des grandes églises sur le Chemin des Cantons



Église Saint-Louis-de-France situé au 166, Avenue Saint-Jean, East-Angus, J0B 1R0
 



La municipalité d’East-Angus apparait dans le comté de Westbury en 1912, mais la première cérémonie religieuse y eut lieu le 28 janvier 1884 dans une résidence du village. Cette première église est consacrée la première année, mais est rapidement remplacé par une seconde en 1894, sur les plans de l’architecte sherbrookois Jean-Baptiste Verret. La municipalité prenant de l’ampleur avec la construction d’un moulin à scie, on envisagea rapidement de construire une nouvelle Église aux dimensions plus imposantes, pour accueillir les nombreux fidèles de la paroisse qui est apparu en 1890.

L’Église Saint-Louis-de-Westbury d’East-Angus, qui changea de nom pour Saint-Louis-de-France en 1961, est l’une des réalisations majeures de l’architecte Louis-Napoléon Audet, responsable des plans de très nombreux édifices religieux des Cantons de l’Est, notamment la cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke, mais également de la Basilique Saint-Anne-de-Beaupré. Il est l’un des plus grands architectes du Québec par la grande variété de ses réalisations. Que l’Église Saint-Louis-de-France soit l’un de ses projets majeurs, alors qu’il ne s’agit ni d’une cathédrale, ni d’une basilique, démontre à quel point il s’agit d’un bâtiment remarquable. Il s’agit d’un exemple particulièrement achevé de l’architecture religieuse du premier quart du 20e siècle.

Érigée entre 1921 et 1923, cette église de style néogothique aux proportions exceptionnelle fut inspirée par l’architecture gothique espagnole et portugaise, notamment par sa façade qui proviendrait de la cathédrale Sainte-Eulalie de Barcelone, construite entre 1298 et 1899, remarquable pour son portail unique aux dimensions exceptionnelles. Les massives colonnes octogonales en béton armé de la nef sont également impressionnantes. L’Église est remarquable pour de nombreuses raisons, particulièrement pour son volume imposant, ses matériaux robustes, sa façade à trois travées au portail unique dans la devanture, mais également ses portails secondaires sur les côtés. Ses magnifiques vitraux sont également à voir.
En décembre 1963, un incendie endommage une partie du chœur et de la sacristie, qui oblige à fermer l’Église pendant plus d’un an pour effectuer des travaux de réfections. La façade fut également rénovée, faisant disparaitre les clochetons d’origine dans les tourelles.
Source :
 
Découvrez la région du Haut-Saint-François à travers le Chemin des Cantons.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire